Eschyle, pièces de guerre

d’Eschyle
texte français et mise en scène Olivier Py

avec Philippe Girard, Frédéric Le Sacripan, Mireille Herbstmeyer
collaboration artistique et costumes Pierre-André Weitz

Avec Eschyle, pièces de guerre, Olivier Py met en scène dans un même mouvement les quatre pièces de l’auteur qui, outre L’Orestie, nous sont parvenues. Ce théâtre, le plus ancien connu, se déploie dans l’espace méditerranéen et interroge les fondements de la démocratie. La folie du pouvoir, la place des femmes, l’asile, le souvenir des morts, la puissance des images, l’insurrection : Eschyle parle depuis un monde ancien qui est pourtant déjà le nôtre. Trois acteurs rompus au tragique jouent, sans effets ni décor, les dieux et les suppliantes, les rois et les vieillards, l’océan et les foules.

Cette année, le théâtre itinérant servi par Philippe Girard, Frédéric Le Sacripan et Mireille Herbstmeyer qui auront joué Prométhée enchaîné dans une dizaine de lieux (place de village, lieu de formation, centre pénitentiaire, espace culturel, concession automobile…) est accueilli dans l’église de la Chartreuse. Une épopée de cinq heures qui clôt la tournée hors les murs, un symbole qui relie les territoires et fait résolument le pari de l’intelligence du public.

Acteur, poète, metteur en scène et homme engagé dans la cité : Olivier Py prend tous les chemins de recherche possibles, politiques ou poétiques, pour rencontrer le présent et tenter de lui donner un sens. Dans cette aventure des tréteaux et des plateaux, la parole vivante joue chez lui un rôle essentiel. Elle est à la fois la question et la réponse de toute son œuvre. Olivier Py fait entendre notamment celles d’Eschyle, de Claudel, de Shakespeare, mais aussi la sienne, dans des pièces-fleuves qui osent tout. À la tête du Centre dramatique national d’Orléans, de l’Odéon-Théâtre de l’Europe puis du Festival d’Avignon, il n’a jamais cessé de prouver sa fidélité au théâtre public et à la décentralisation.

Production Festival d’Avignon. Avec le soutien de la Spedidam.
Résidence à la FabricA du Festival d’Avignon.