Riad Gahmi 2015

  • Riad Gahmi © Philippe Vincent

Gonzo

Ce texte voudrait questionner la pornographie et ses répercussions dans nos sociétés, ce mécanisme toujours plus implacable de tout montrer, tout voir,  tout dire ; du porno aux grands médias d’information. Partout le voyeurisme, l’appétit de violence dictent leurs règles aux productions, tandis qu’est propagé, par mimétisme, le paradigme consumériste.
À travers une fable où l’intimité d’un couple est prise d’assaut par ses voisins et leur adolescente, il s’agira de pousser cette logique à son paroxysme. De la violence symbolique, presque ludique, jusqu’au meurtre, pour et devant des spectateurs complices.

Formé à l’École de la Comédie de Saint-Étienne (2003-2006), Riad Gahmi emménage en 2007 au Caire et y entame l’écriture d’une trilogie théâtrale fortement marquée par le Moyen-Orient et ses relations conflictuelles avec le « monde occidental ». L’identité, la « conciliation » de ses deux origines culturelles, française et libyenne, sont au cœur de ses travaux. À son retour en France en 2009, il joue notamment sous la direction de Philippe Vincent avec lequel il coécrit Un arabe dans mon miroir, créée au Caire puis à New-York. En 2012, il met en scène en Israël Le jour et la nuit, pièce sur le conflit israélo-palestinien. Depuis 2013, il est auteur associé à la compagnie Scènes de Philippe Vincent qui met en scène Où et quand nous sommes morts. Cette saison, il est auteur associé à la Comédie de Saint-Étienne, en vue de la création de sa nouvelle pièce Gonzo par Philippe Vincent.

Commande d’écriture de Philippe Vincent-Compagnie Scènes-théâtre-cinéma.
Avec le soutien du Théâtre National Populaire-TNP, Villeurbanne, de La Comédie de Saint-Étienne-Centre dramatique national, de la Chartreuse-CNES

Auteur en résidence du 20 janvier au 6 février 2015.