Y'a d'la joie

sculptures, installations, performance d'Elisa Fantozzi

Chaque année depuis 2009, le lycée Jean-Vilar de Villeneuve lez Avignon accueille les oeuvres de la collection du FRAC Languedoc-Roussillon, volet du projet de diffusion de la collection hors les murs. Les projets sont conçus et réalisés avec les enseignants et s’accompagnent d’actions de médiation et de sensibilisation.

Au printemps 2013, la plasticienne Elisa Fantozzi est accueillie en résidence à la Chartreuse pour y développer son projet Y’a d’la joie, en partenariat avec le lycée Jean-Vilar et la Ville. Le lycée, à l’initiative d’un programme pédagogique ambitieux, a imaginé avec l’artiste différentes propositions qui auront lieu dans l’établissement :
 
Elisa Fantozzi assurera entre autres le commissariat de l’exposition, ouverte au public, d’oeuvres de la collection du FRAC Languedoc-Roussillon, un atelier de création et des rencontres diverses avec les élèves.
Le fil rouge de l’ensemble est « l’humour dans l’art ». La résidence à la Chartreuse doublée de cette implication dans le temps sur le site du lycée, permettra à Elisa Fantozzi de construire avec tous les partenaires un projet protéiforme donnant lieu par exemple à la présentation de plusieurs œuvres dans l’espace public villeneuvois, au musée Pierre-de-Luxembourg et à la médiathèque Saint-Pons, à l’organisation de visites guidées conduites, en présence de l’artiste, par les lycéens, à une exposition et une performance à la Chartreuse ou encore à un atelier de pratique artistique avec l’atelier Art Vivant.
Ce projet qui nourrit à la fois des attentes pédagogiques et une volonté culturelle et artistique, s’inscrit dans l’attention que manifeste la Chartreuse à la formation et à la sensibilisation des publics à l’art contemporain et est une autre facette des échanges fructueux et répétés que la Chartreuse tisse avec le lycée et la Ville.

« Elisa Fantozzi a commencé sur les planches à Paris avec l’école du Passage de Niels Arestrup, puis au Théâtre Aleph d’Oscar Castro. Après trois années de scène, elle se met à son propre compte en tant qu’artiste plasticienne et voyage durant sept ans entre New York (résidence Culture France, 2000) et le sud de la France. Aujourd’hui installée à Sète, elle y a ouvert son atelier. Entre le théâtre et la création plastique, Elisa Fantozzi, avec humour et poésie, joue d’effets immédiats, fait du public un complice, établit un va-et-vient entre l’objet et le corps, le virtuel et le corps. Elle crée des images poétiques ou espiègles, profondément imprégnées du réel et d’un réalisme sans fard qui mettent en lumière les dérives et les excès de notre société de consommation où tout est érigé en dogme, où tout est consommable et tout jetable, y compris l’artiste et son propos. »
Jean-Pierre Wollmer