Une Part d'ombre

Exposition du photographe Bernard Tribondeau

Bernard Tribondeau © Bernard TribondeauNé un jour d’août à Cormeilles-en- Parisis, petite ville qui est également la cité natale de Daguerre...

À six ans, mes parents m’ont offert mon premier appareil photo. Et à dix ans, avec mon premier Polaroïd, j’ai immortalisé la dernière locomotive à vapeur de ma ligne de banlieue. Ce jour-là, je me suis dit que, quand je serai grand, je serai coureur automobile, journaliste, ou encore photographe...
Finalement, pendant vingt-cinq ans, j’ai fait de la publicité. Et puis, l’évidence s’est imposée : il allait bien falloir que je sois photographe avant qu’il ne soit trop tard... Depuis quinze ans, je vis de mes images : reportages et portraits pour la presse et les entreprises, mais aussi des histoires, mes histoires...

Maintenant, je suis ce monde à part, enclave au cœur de la ville.
Je suis le fantôme qui se glisse entre les murs, que certains ont rencontré.
Je suis le vent qui galope sous les mansardes, celui qui réveille les mauvaises nuits de mistral. Je suis la voûte qui abrite les noceurs sous la cave du pape. Maintenant, je suis la chauve-souris, l’hirondelle et le rouge-queue qui inlassablement reviennent nicher.  Je suis l’ombre qui tombe sur le figuier, la lumière qui crève la pierre des déambulatoires.
Je suis les jardins secrets des cellules, les espaces abandonnés sous les combles. Je suis l’écrivain qui peine sur son manuscrit, le comédien qui répète sous la pleine lune, le moine copiste. Je suis un vœu de silence qui parle aux morts enterrés sous le grand cloître. Je suis la table d’hôte qui réunit chaque soir les convives, le chat noir qui observe sur les coursives.

Je suis contre-jours et paysages sacrés, trompe-l’œil et vérité.
Maintenant, je suis vêpres, matines, contes et récits. Je suis décor imaginaire, quartier mal famé, paradis des oubliés.
Je suis mille clés qui ouvrent mille portes, mille scènes à venir. Maintenant, jours après nuits, je suis la Chartreuse, si familière et pourtant si lointaine, qui me livre un peu de sa part d’ombre...

Au cours des dernières années, Bernard Tribondeau a exposé à la galerie Courtieux (Paris), au festival Terres d’Images (Biarritz), aux Musiques Métisses (Angoulême), aux Rencontres photographiques d’Art’lon (Belgique), aux Itinéraires photographiques en Limousin... Il habite aujourd’hui à Villeneuve lez Avignon.