ÉTANT DONNÉE

Performance - lecture - installation

ÉTANT DONNÉE
CRÉATION
 
conception du projet Cécile Portier
 
8, 9, 11, 12, 13, 14, 15 juillet 2013 à 14h relâche le 10
 
boulangerie de la Chartreuse
durée estimée 1h30 suivi d’une visite de l’installation
 
performance
textes Cécile Portier, Juliette Mézenc, Pierre Ménard, Alexandra Saemmer
lectures Cécile Portier, Juliette Mézenc
vidéos Stéphane Gantelet, Pierre Ménard,Alexandra Saemmer, Benjamin Dufour
graphisme Laure Chapalain
développement Julien Kirch
mise en image et son Stéphane Gantelet
aide à la conception scénographique Laurent Ouvrard
installations, projections Cécile Portier, Emmanuel Cohen, Valérie Dupré, Alexandra Loewe, Stéphane Gantelet,
Collectif La Fracture numérique (Marina Wainer et Valérie Lachapelle)
 
 
« Étant donnée commence comme un polar, mais c’est une fable, qui doit plus à La Belle au bois dormant ou à Peau d’Âne qu’au Dahlia noir: Étant donnée une femme. Vous la retrouvez nue et inconsciente dans un terrain vague. Puis elle se réveille, ne se souvient de rien, même pas d’elle-même. Elle est là, devant vous. Elle est nue et sans mémoire. Vous aurez la tentation, le devoir, de la rhabiller entièrement en recousant pour elle le manteau de données collectées sur ce que fut sa vie d’avant : nom, prénom, situation, localisation, comportements d’achats, options de vote ou d’abstention, navigation et mouvements d'elle absorbés en télésurveillance... faits, gestes et opinions répertoriés et mis en chiffres, en icônes indiscutables de son identité.
Étant donnée commence comme un polar, c’est-à-dire avec une énigme, et la promesse de sa résolution. Mais c’est une fable, dont l’interprétation restera indécidable. Techniquement vous pourriez tout savoir de cette femme, tout retrouver de sa vie. Mais pourrez-vous pour autant la rendre à elle-même? Que savez-vous d’elle, vraiment, quand vous en savez tout ? En créant une forme hybride entre l’installation et la performance scénique, où différents dispositifs de projection et de captation sont détournés de leurs usages premiers, la mise en scène d’ Étant donnée opère le déplacement poétique qui permet de voir ce qui nous regarde, d’écrire sur ce qui nous écrit. Car nos vies s’écrivent par traces, que nous laissons sans y penser, mais qui nous documentent et nous archivent, nous donnent aussi beaucoup à voir des autres et nous placent, alternativement, dans la position du voyeur ou dans celle de la regardée sans visage de la célèbre installation de Marcel Duchamp, Étant donnés, à qui cette histoire doit son nom.
 
Étant donnée est une fable, c’est-à-dire avant tout une parole. Mais parce que cette histoire vient interroger toutes sortes d’imageries de notre modernité toute tracée, il m’a paru nécessaire de la faire dialoguer avec des productions visuelles capables de venir perturber sur leurs propres terrains, ou sur des terrains décalés, ces imageries. C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité inviter dans ce projet d’autres formes d’expression, d’autres regards que le mien. Étant donnée est devenu le projet d’un collectif, regroupant plusieurs artistes et écrivains. La forme que prendra Étant donnée sera double : celle de performances à géométrie variable, celle d’un site web, qui donnera à lire, voir et entendre toutes les contributions à cette histoire
Cécile Portier
 
En prolongement de cette performance/installation, la fiction Étant donnée aura une existence sous forme de site web. Le projet web a bénéficié d’une aide à la maquette du Dicréam. En attendant sa réalisation, une première expérience d’un moment de la fiction est visible à l’adresse http://etantdonnee.net
 

Étant donnée a bénéficié de résidences de création à la Chartreuse en 2012 et 2013.
Avec le soutien de la Chartreuse.