Vous êtes ici

Os Sang Mains

  • Gwendoline Soublin © Morgane Drouot
(titre provisoire)

GWENDOLINE SOUBLIN

« Il y avait plusieurs humanités possibles, et plus généralement il y a toujours plusieurs avenirs possibles pour les humains »
Préhistoire de la beauté, Jean-Paul Jouary, 2012

Il y a 300 000 ans, l’Homo sapiens apparaît.
En 2018, je reste fascinée par une petite Vénus préhistorique présentée dans la vitrine d’un musée à Téhéran. Naît une envie: écrire depuis notre passé lointain.
Et si une vie contemporaine se racontait au regard d’une vie du paléolithique ? Alors comment l’écrire cette « rencontre » ? Qu’est-ce qui nous lie encore aux premiers Sapiens ? Qu’est-ce qui nous en éloigne définitivement ? Notre époque contemporaine prédit l’imminente fin du monde, notre épuisement certain. L’imaginaire des temps ultimes peut-il trouver un écho émancipateur dans le récit des temps premiers ?
Voilà l’enjeu de cette première résidence d’écriture: retrouver les gestes, les animaux éteints, les pigments, les froids désastreux d’il y a 40 000 ans (et plus) pour interroger nos racines et regarder droit devant.

 

Gwendoline Soublin aime coudre les genres entre eux, inventer des protocoles ludiques, des langues plurielles, des textes graphiques qui racontent notre monde à l’aune d’un nécessaire travail documenté. Ses textes sont principalement publiés aux Éditions Espaces 34 (Pig Boy 1986-2358, Tout ça Tout ça) et Koïnè (Coca Life Martin 33 cl). Ils ont entre autres été repérés par la Comédie-Française, France Culture, Artcena, Eurodram, les Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre, Collidram et le prix Bernard-Marie Koltès du Théâtre National de Strasbourg.

Bourse du Centre national du livre.
Avec le soutien de la Chartreuse-CNES.