Obscuritééblouissement

  • Obscuritééblouissement © Guy de Malherbe

Peintures, photographies, installations de Guy de Malherbe

La Chartreuse et la Ville de Villeneuve lez Avignon se sont à plusieurs reprises associées pour imaginer des projets qui mettent en relation des œuvres d’artistes contemporains et les espaces architecturaux historiques et remarquables de la Ville.

Ce partenariat est nourri par la volonté de créer des dynamiques susceptibles d’interroger de manière commune la création et le patrimoine et d’instaurer des dialogues inédits entre la mémoire culturelle et la création contemporaine. La Chartreuse, fidèle à sa vocation de centre culturel de rencontre, est habitée par ce dialogue entre le passé et le présent, entre les artistes et le monument qui a souvent été, au cours des très nombreuses résidences, un véritable espace d’inspiration. Il ne s’agit donc pas seulement de demander aux plasticiens d’investir les lieux en créant des parcours visuels mais de chercher à renouveler « l’esprit des lieux » dans une appropriation singulière, une « habitation » sensible et poétique.

Le projet Obscuritééblouissement de Guy de Malherbe s’inscrit dans cette exploration à la fois humble et ambitieuse de la Chartreuse et de la tour Philippe-le-Bel, entre tours et détours, lignes de fuite et faux-semblant, lumière et ombre. Nous sommes heureux d’accueillir ce cheminement de l’artiste qui donne à voir, à travers la diversité de sa palette artistique - photographies, peintures, installations - de nouvelles images de nos espaces patrimoniaux.

En déambulant dans la Chartreuse, j’ai été saisi par le jeu constant de l’ombre et de la lumière dans l’architecture.
Passages d’ombres, ouvertures lumineuses, voilé/dévoilé, caché/visible, obscurité/éblouissement.

Il me faut saisir à mon tour cette expérience de l’ombre et de la lumière, tenter de comprendre ce qui la rend si tangible ici. Comment ce lieu dans sa structure spécifique, vaste ordonnancement d’espaces successifs et imbriqués, impose un éprouvé d’ombre et de lumière…
Dans ce lieu où l’harmonie semble liée à la règle, l’ombre est ténèbre et la lumière aveuglement. La paix n’est qu’apparente, la violence sous-jacente.
À la tour Philippe-le-Bel, je retrouve dans l’architecture militaire cette puissance des contrastes, entourée d’une obscurité mystérieuse et inquiétante, puis violemment saisi par la lumière qui frappe à travers les ouvertures étroites. Ici, tout se rapporte à l’ombre et à la lumière, rarement des brumes mais plutôt la violence crue du soleil du Sud. Le projet d’exposition auquel je travaille visera à rendre perceptible auprès du public cet « éprouvé » de l’obscurité/éblouissement, en disposant dans les espaces de la Chartreuse des installations, des photographies et des peintures qui viendront l’amplifier. Telle qu’Alain Bonfand en parle dans le texte du catalogue Répliques : « L’éblouissement puis l’aveuglement que déclenche le tableau procèdent de cette nuit. »

Guy de Malherbe, né en 1958, vit et travaille à Paris. Depuis plusieurs années, ses tableaux sont des compositions inspirées par le paysage minéral des falaises des « vaches noires » en Normandie qu’il interprète et qu’il associe à des personnages féminins endormis entre rêve et réalité, association du chaos minéral très organique de ces paysages et des corps parfois tronqués pris dans le sommeil. Scènes supposées, vécues ou bien rêvées ? Guy de Malherbe se consacre également à des projets qui comprennent des peintures, des photos et des installations. C’est ainsi qu’il a proposé pendant l’été 2009 Itinéraire en roses, un parcours dans le parc du château du Lude (72). Il est représenté par la galerie Vieille du Temple.