L'Odyssée du Soyouz 2

une exposition documentaire de la fondation Spoutnik de Moscou

Le 25 octobre 1968, le Soyouz 2 fut lancé du cosmodrome de Baïkonour avec à son bord le colonel pilote-cosmonaute Ivan Istochnikov et la chienne Kloka. Pour des motifs toujours non élucidés aujourd’hui, le cosmonaute disparut au cours de la mission. Ivan et Kloka avaient effectué tous deux avec succès une sortie à l’extérieur de l’habitacle, enregistrée par les caméras externes de la navette jumelle le Soyouz 3, mais un dysfonctionnement fit échouer la manoeuvre cruciale d’assemblage entre les deux navettes qui s’éloignèrent et perdirent le contact. Quand on parvint à rétablir la communication avec le Soyouz 2 quelques heures plus tard, la capsule présentait l’impact d’un petit météorite et Istochnikov avait disparu. On ne retrouva qu’une bouteille de vodka suspecte flottant sur la même orbite. Qu’il se soit agi d’un accident ou d’un sabotage, le politburo ne voulut pas reconnaître la perte fâcheuse d’un homme dans l’espace. La version officielle fut que le Soyouz 2 était un vaisseau totalement automatisé et par conséquent sans personne à bord. C’est pourquoi les portraits d’Istochnikov furent retirés de la circulation et les photographies où il apparaissait, retouchées. Les archives furent manipulées. On exerça un chantage sur ses camarades et sa famille fut déportée en Sibérie. L’histoire fut réécrite pour d’obscures « raisons d’État ». Ce n’est que beaucoup plus tard, avec la chute du communisme et la glasnost qui s’ensuivit, que des chercheurs indépendants purent, en démasquant ce fantastique montage, rétablir la vérité et réhabiliter la figure d’Istochnikov. L’exposition, rassemblant une complète documentation sur cette affaire, a été réalisée par la fondation Spoutnik de Moscou, créée en 1987 à l’occasion de la commémoration du 30e anniversaire du lancement du premier satellite artificiel.