Jean-Marc Bourg / Rémi Checchetto

Que moi

 Au départ, Rémi Checchetto écrit un texte (qu’il me destine) et lui donne un titre provisoire : Moi.
Plus tard, quand il me l’envoie le titre devient
Que moi. De Moi à Que moi, dans le rajout de la conjonction restrictive « que », se situe (tout) le texte. Non pas la tentative de dire je, mais de ne dire que cela ; pas l’esquisse d’un être, mais de ce qui le différencie, le singularise. Portrait donc, mais sans gloire : non pas lui seul (Moi) occupant tout l’espace de la toile, mais lui (Que moi) tenant à distance le monde. Et dans la restriction se devine, se dessine l’immensité qui l’entoure. Portrait en lutte contre plus fort que moi. Portrait dans la modestie, l’immodestie de l’effort, du balbutiement. Pas dans la prétention du discours. Jouer Que moi, veut sans doute dire : tenter de le jouer, décrire des cercles autour, faute d’en trouver le centre. Cette résidence de recherche et d’expérimentation par le plateau aura pour objectif de cerner les enjeux de la scénographie du spectacle et de l’interprétation du texte. Jean-Marc Bourg

Mise en scène et interprétation Jean-Marc Bourg
Texte Rémi Checchetto
Scénographie, lumière… en cours

Derniers titres de Rémi Checchetto : King du ring, Kong melencholia, L’Homme et cetera, Éditions Espaces 34.
Dernier spectacle de Jean-Marc Bourg : Une phrase pour ma mère, texte de Christian Prigent.

Aide à l’écriture de la Région Languedoc-Roussillon.
Avec le concours de la Chartreuse-CNES.
Coproduction Théâtre de la Mauvaise Tête.

Le texte a été lu en juillet dernier dans le cadre des Rencontres d’été de la Chartreuse.
Création prévue en janvier-février 2014.