Compagnie Quasi

Até

« Nous allons amorcer le travail sonore et scénographique en vue de la création en novembre prochain d’un texte que je suis en train d’écrire intitulé Até. Il est question dans un « poème » de virtualité, de « tunnels sous la réalité ».

Une « fable » et cinq « personnages » y paraissent peu à peu, au travers d’un flux d’informations hétérogènes. Un archi-joueur de jeux en réseau plus ou moins hacker, comme on le disait des premiers libertaires de la révolution numérique. Une avocate spécialiste de « gouvernementalité algorithmique » qui parle d’éventualités parfaites dans un système de prévisions complexes. Un abbé d’on ne sait quelle confession, qui dit : « mais foutre Dieu pourquoi diable faudrait-il résoudre ce conflit ? ». Mô, qui subsiste du précédent spectacle, la mémoire faite des souvenirs des autres, et parcourt le monde avec un séminaire intitulé « quel avenir pour la réalité ? ». Une divinité mineure, moitié des mythologies grecques, moitié de World of Warcraft, qui dit « je vais mentir, attention je mens ». Qui dit : « on trouve trace par-ci par-là selon Homère d’une divinité de « l’égarement » (déesse aussi de la « fatalité » voire de la « folie », de l’illégalité et du Mouvement irréfléchi) nommée Até. Issue d’une division, non d’un accouplement, c’est un détail qui compte. »

Compagnie Quasi / Alain Béhar (Languedoc-Roussillon)

Texte et mise en scène Alain Béhar
Scénographie Mathieu Lorry Dupuy
Musique et environnement sonore Benoist Bouvot
Programmation Stéphane Cousot
Avec Renaud Bertin, Dolores Davias, François Tizon
(distribution en cours)

Coproduction et soutiens : Scène nationale de Sète, Théâtre de l’Archipel à Perpignan, Studio Théâtre de Vitry, Théâtre Garonne à Toulouse, Théâtre des Bernardines à Marseille, La Fonderie au Mans, Théâtre de l’Université Paul Valery à Montpellier. Avec le concours de la Chartreuse-CNES.
La compagnie Quasi est en « compagnonnage » avec la Scène nationale de Sète.