compagnie 0,10 / Laëtitia guédon

SAMO (titre provisoire)

Après avoir été formé à Abidjan (Institut national des arts), Koffi Kwahulé arrive en France en 1979. Il intègre l’Ensatt, puis poursuit ses études à la Sorbonne (doctorat d’arts du spectacle). Depuis 1977, il est l’auteur d’une trentaine de pièces créées, pour la plupart, en Europe, en Afrique, en Amérique latine, en Amérique du Nord et au Japon. Elles sont traduites dans une vingtaine de langues. Il est également nouvelliste et romancier (Babyface, Éd. Gallimard,Monsieur Ki, Éd. Gallimard et Nouvel an chinois, Éd. Zulma). Il reçoit en 2013 le prix Édouard-Glissant et le prix Mokanda en 2015.
De Cette Vieille Magie Noire à Bintou en passant par Misterioso 119, Koffi Kwahulé développe une écriture forte qui dynamite l’usage habituel de la langue. L’oralité de ses pièces est celle d’une parole abrupte, obsédante et saccadée, marquée de sa passion du jazz. 
 
En 2008, il rencontre Laëtitia Guédon, qui mettra en scène Bintou (Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis, Chapelle du Verbe Incarné d’Avignon…) avec seize acteurs. Artiste associée à la Comédie de Caen, elle y créera en 2016 un projet sur le peintre Jean-Michel Basquiat. C’est tout naturellement qu’elle a proposé à Koffi Kwahulé d’en écrire le texte à l’issue d’un chantier au plateau avec les acteurs, réalisé à la Chartreuse. Ensemble, ils tenteront de répondre à cette question : quelle trace laissons-nous pour nous raconter et raconter le monde ?
 

SAMO (titre provisoire)
de Koffi Kwahulé
compagnie 0,10 / Laëtitia guédon / Île-de-France

mise en scène Laëtitia Guédon
interprétation/musique Blade
musique Nicolas Baudino
interprétation/chorégraphie Raphaëlle Delaunay
interprétation Yohann Pisiou
 

 Avec le soutien de la Chartreuse-CNES.