Chartreuse numérique

  • Chartreuse 3D

Projet de centre de ressources culturelles numériques à la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon

Monument historique appartenant à l’Etat, la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon est gérée par l’association CIRCA, qui est chargée depuis 1978 d’y mettre en œuvre un double programme, patrimonial (accueil du public et présentation du monument) et artistique (Centre national des écritures du spectacle : accueil en résidence d’artistes du théâtre et du spectacle vivant, laboratoire d’expérimentations croisées).
 
Rattaché depuis Août 2008 à la DMDTS, le CIRCA développe désormais simultanément ces deux programmes en confrontant la Chartreuse, dans toutes ses dimensions, à un environnement numérique et technologique.
 
Du côté artistique, la Chartreuse développe depuis 2007 un projet qui met en perspective écritures du spectacle et mutations de l’écriture. Sans renoncer à la pratique de résidences, qui nous a permis d’accueillir plusieurs centaines d’auteurs et traducteurs de théâtre, et à accompagner des aventures théâtrales dans leur phase de conception, cette nouvelle orientation nous a conduit à inventer un dispositif original de recherche et d’expérimentation appelé sondes (voir notre site sondes.chartreuse.org).
 
Sous ce terme, emprunté au théoricien des media Marshall Mc Luhan, nous proposons un format de recherche permettant de juxtaposer des objets disparates et hétérogènes afin qu’ils se commentent entre eux, dans le but de questionner, à partir de l’écriture, l’ensemble des pratiques théâtrales.
Dynamiques interdisciplinaires de recherche, articulées autour de dispositifs d’expérimentation et d’observation, les sondes mêlent les points de vue autour d’une question ou d’un objet. Elles explorent et combinent différents protocoles de recherche sur différents médias. Elles affirment l’importance de la question de l’art dans la recherche sur notre environnement numérique, et engagent une réflexion particulière en termes de stratégie d’écriture et de relations entre contenus, formes et medium.
Si nous avons fait le choix de l’ouvrir aux publics, cette expérimentation est d’abord destinée aux artistes qui y trouvent de nouveaux matériaux de création ou de réflexion, de nouvelles pistes de collaboration, et parfois les éléments qui vont catalyser un projet d’écriture ou de production.
En outre, ces recherches donnent corps à une scène au milieu des arts et des technologies de son époque, et à ce titre croisent de plus en en plus des préoccupations pédagogiques de l’enseignement artistique ou de l’Université. A titre d’exemple, nous avons organisé une rencontre européenne intitulée « formation de l’acteur et nouveaux médias ». La Chartreuse intervient comme conseiller pédagogique dans des structures d’enseignement artistiques telles que le CNR de Toulon, et dans plusieurs enseignements de l’Université d’Avignon. Elle tisse enfin des liens privilégiés avec des écoles d’enseignement supérieur à l’étranger, tels que de l’Ecole de la Manufacture de Lausanne.
 
L’autre caractéristique innovante du programme Chartreuse numérique a consisté dans le fait que le champ du Patrimoine, qui constitue le second pilier constitutif de l’aventure de la Chartreuse, a été lui aussi été parcouru, dans le même temps, à la lumière des évolutions et inventions techniques. Dans un environnement numérique comparable, celles-ci ont considérablement renouvelé les perspectives de connaissance et de mise en valeur archéologiques, iconographiques et architecturales, au point de modifier substantiellement les contours habituels des pratiques patrimoniales.
Tout a commencé avec l’Ecole nationale des sciences géographiques qui depuis 2005, utilise la Chartreuse comme terrain de recherche et d’expérimentation pédagogique autour de l’utilisation des outils de numérisation du patrimoine.
A partir de ces travaux, un nouveau partenariat est né avec l’UMR MAP GAMSAU, de Marseille, laboratoire qui s’est fait une spécialité de la modélisation 3D en architecture et patrimoine. Une convention pluri-annuelle a permis de développer à la Chartreuse deux projets, l’un portant sur l’architecture de l’Eglise conventuelle et le tombeau du pape Innnocent VI, l’autre sur la chapelle des fresques, décorée au XIV° siècle par l’artiste Mattéo Giovanetti (Partenariat CICRP de Marseille, Ecole supérieure d’art d’Avignon, contrôle scientifique DRAC LR).
Dans les deux cas, il s’agit, à partir d’éléments patrimoniaux disparus (abside de l’église conventuelle), ou inaccessibles au public (mausolée du pape), ou encore fortement dégradés par le temps et l’inattention des hommes (chapelle des fresques), de constituer des bases de données scientifiques globalisantes sur l’archive du lieu (textes, plans, iconographie, relevés archéologiques, numérisation). Une présentation grand public de ces travaux est aujourd’hui possible, et disponible sur le site web de la chartreuse.
Tout ceci a pu se réaliser grâce à deux plans de numérisation de la Mission Recherche et technologie du ministère, en 2008 et 2009.
 
En 2010, une recherche de financement en cours (notamment mécénat fondation Pays de France-Crédit agricole) permettra d’installer les outils de présentation in situ (écrans, dispositif de navigation en 3D), par la réalisation d’espaces d’interprétation appropriés à proximité de l’église et de la chapelle des fresques.
 
Pour 2010-2012, trois autres projets sont en chantier :
- étude puis restitution 3D du palais d’Innocent VI, dont la destruction (incendie en 1369) permit la fondation de la 2° Chartreuse en 1372 dans le cloître Saint-Jean ;
- Etude et numérisation des jardins : diversité végétale dans la vingtaine de jardins de cellules conservés, restitution de l’état ancien de l’allée des mûriers.
- S’y ajoute une restitution du Pont Saint Benezet (Pont d’Avignon). Ce dernier projet, qui implique la ville de Villeneuve lez Avignon (Tour Philippe le Bel, où aboutissait le pont d’Avignon), la ville d’Avignon et la COGA (Communauté d’agglomération du Grand Avignon), a déjà recueilli des accords de financement de principe de la région LR (dans le cadre de sa participation au programme inter-régional « Fleuve Rhône »), et de la région PACA (FEDER).
 
Nous entrons maintenant dans le moment le plus passionnant, celui où les axes définis pour le programme artistique et pour le programme patrimonial entrent en phase de convergence.
Dans l’histoire récente de la Chartreuse, un lien entre le Théâtre et le Patrimoine a toujours été recherché, souvent de manière plus intuitive et métaphorique qu’opérationnelle. Ce volontarisme a pu parfois sembler incantatoire (la fable rassurante de l’art substitué à la spiritualité) ou même expiatoire (l’hommage du vice contemporain à la vertu médiévale) : il n’en reste pas moins que le monument s’est toujours confronté au projet artistique, souvent pour le contredire, parfois pour le magnifier, toujours pour l’interroger.
Le projet Genius Loci, que nous lançons en 2010, se développe à l’intersection de trois dimensions complémentaires:
- Patrimoniale : grâce au travail du Laboratoire MAP-GAMSAU qui a numérisé (dans le cadre du Plan de numérisation du Ministère de la Culture et de la Communication) l’ensemble de l’église de La Chartreuse de Villeneuve Lez Avignon, une base de données 3D a été élaborée. Elle a ensuite permis d’établir des hypothèses de représentation visuelle de l’église, notamment au 18ème telle qu’elle est décrite dans l’inventaire de l’abbé Soumille. Cette hypothèse révèle une église baroque alors qu’elle est partiellement détruite et très austère. Cette base de données permet également de créer des hypothèses de représentations visuelles de l’église mettant l’acens sur l’architecture, l’ambiance du lieu ou une projection vers le futur, etc.
- Artistique : la mise en scène de ces représentations hypothétiques dans un contexte plus large de narration artistique de l’histoire du lieu (passé, présente et futur) offre d’une expérience culturelle et sensorielle immersive qui insère le visiteur à l’intérieur de l’esprit du lieu. L’équipe du Laboratoire Victor Vérité, de Véronique Caye, constitue le partenaire artistique de l’opération.
- Scientifique : le développement d’un système de réalité augmenté permet la projection de cet espace hypothétique (avec ses volumes, ses couleurs, etc.) directement sur l’espace réel au travers la construction d’anamorphoses numériques ;
 
Par ailleurs, les recherche sur l'interaction gestuelle et les rendus audio graphiques temps réel, permettent de contrôler l'augmentation de l'espace physique en fonction des gestes et positions des visiteurs. Le mapping entre les modalités d'entrée et les modalités de sortie permet de relier les rendus audio et graphiques à des informations sur l'environnement comme des sons ambiants, une capture de lumière, une régie numérique, des informations en réseau. Le partenaire scientifique est le laboratoire LIMSI-CNRS Thématique VIDA (Virtualité Interactivité Design et Art (Christain Jacquemin).
 
Une sonde Genius Loci sera organisée à l’automne 2010 avec les partenaires engagés dans cette aventure
 
Aujourd’hui, « Chartreuse numérique » établit solidement les termes de cette convergence.
La mise en chantier d’une base de donnée constitutive d’un véritable système d’information localisé permettra d’intégrer sur le même outil les données constituant la documentation du monument, et la mémoire vive des créations artistiques réalisées depuis quarante ans à la Chartreuse, afin de localiser sur une maquette tridimensionnelle du monument l’ensemble de ces archives ouvertes, en vue d’en favoriser l’accès.
 
Par ailleurs, des artistes (auteurs, metteurs en scène, comédiens, vidéastes multimedia) ont été invités à s’emparer de cette nouvelle donne pour en redistribuer les plis sur la scène polymorphe de la représentation, entre dramaturgie du monument et incrustation du temps et des lieux dans le théâtre.
 
Il s’agit maintenant de développer les diverses pistes de travail en instituant un atelier permanent d’expérimentation, de réflexion et de dissémination sur l’usage culturel de ces techniques.
Au plan local (régional ou inter-régional), la Chartreuse se présente comme un lieu-ressource bénéficiant de plusieurs années de pratiques et d’investissement scientifique et technologique au service de la culture (Patrimoine et arts de la scène).
Au plan international, les deux axes croisés de Chartreuse numérique, serviront d’identification dans les divers projets mis en œuvre dans le réseau des Centres culturels de rencontre européens.
Fondatrice (1973) du réseau français des centres culturels de rencontre, la Chartreuse assure jusqu’à fin 2010 la présidence du réseau européen qui en est issu, et dont les 45 membres ont pour caractéristique commune de réutiliser un monument historique, au service d’une activité artistique permanente.
Le partage et l’échange des expériences et réalisations de la Chartreuse numérique se fera dans le cadre d’un programme Interreg 4C, porté par l’ADF (Assemblée des départements de France), le réseau européen CEPLI (Conférence européenne des pouvoirs locaux intermédiaires) et l’ACCRE, avec plusieurs de ses membres, qui sera déposé en 2010.
La thématique à laquelle nous nous rattachons, figurant dans les documents d’appel d’Interreg 4C, est celle de « Patrimoine et innovation », qui permet de valoriser le travail en cours sur les différents terrains artistiques et patrimoniaux qui font la spécificité de ce réseau.
 
François de Banes Gardonne