Cinglée

  • Céline Delbecq © François Vila

CÉLINE DELBECQ (Belgique)

« Les faits ne cessent pas d’exister parce qu’on les ignore »
Aldous Huxley

Marta collectionne les articles de presse relatant de meurtres machistes. Elle les accroche au mur et apprend par cœur la liste des victimes comme une cinglée. Emportée dans une quête folle de reconnaissance, elle se met à écrire des lettres…

« Savoir » que des faits abominables existent, on le sait, n’est pas la garantie de nos révoltes. L’histoire des femmes à cet égard est exemplaire d’un déni planétaire qui recouvre les faits de violences infligées à leur corps. Chacun a vu, qui un reportage, qui des images, chacun sait, les faits ont été rapportés, les comptes et les chiffres aussi du nombre astronomique de femmes qui, désormais, manquent sur la planète, tuées à la seule raison d’être des femmes. En Belgique, une femme est massacrée tous les huit jours. En France, tous les trois jours. Et ces crimes continuent à être relégués comme des « faits divers » isolés les uns des autres.

Comment comprendre le silence qui entoure les faits glaçants dont nous sommes les témoins ? Qu’est-ce qui nous définit en tant que sujets humains devant le crime ? Notre capacité à nous mettre à la place de l’autre peut-elle être le levier de toute humaine révolte ? C’est cette dernière question qui m’a emportée vers l’écriture de Cinglée.

Céline Delbecq est comédienne, autrice et metteuse en scène. En mars 2009, elle fonde la Bête Noire asbl pour laquelle elle écrit et met en scène des pièces de théâtre s’inscrivant dans un contexte social occidental. Titulaire de nombreux prix, éditée par Lansman et L’avant-scène théâtre, traduite en plusieurs langues, elle est aujourd’hui artiste associée au Théâtre des Îlets-Centre dramatique national de Montluçon et au Rideau de Bruxelles. Cinglée sera le huitième spectacle de la compagnie.

Bourse du Comité Mixte Chartreuse - Fédération Wallonie-Bruxelles/Théâtre Danse.