Laboratoire Victor Vérité / Véronique Caye

En résidence du 23 au 25 mai et du 17 au 18 juin 2011

Genius Loci un spectacle multimédia
Laboratoire Victor Vérité / Véronique Caye (Île-de-France)
 
Conception et mise en scène Véronique Caye d’après les Psaumes de David 22 (21) et 42 (41), Meurs Moïse, Deutéronome de Jean-Damien Barbin et Genius Loci de Véronique Caye
Conseiller scientifique (images) Livio De Luca, Laboratoire MAP- GAMSAU (CNRS/MCC) / Conseiller scientifique (réalité augmentée) Christian Jacquemin (LIMSI-CNRS et Université Paris-Sud 11) / Conseiller historique
Aurélie Favre-Brun, Laboratoire MAP- GAMSAU (CNRS/MCC)
Musique Frédéric Minière et Alexandre Meyer
Son Samuel Favart-Mikcha
Avec la participation de Jean-Damien Barbin
   
Production Laboratoire Victor Vérité, la Chartreuse-CNES. Avec la participation du ministère de la Culture et de la communication-Dicréam, du LIMSI-CNRS et du Laboratoire MAP-Gamsau (CNRS/MCC).
  

 
"Un mur d’enceinte, deux cloîtres austères, des murs de pierre, une voûte à demi-effondrée.
L’église de la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon ne ressemble plus à l’édifice baroque décrit par l’abbé Soumille en 1743.
Un dramaturge en résidence dans le site est dérouté par le silence, la solitude, la charge symbolique de cet espace.Comment écrire dans cet univers clos ? Lui qui cherchait à s’égarer, à se libérer des contraintes pour entrer dans un processus de création est forcé d’observer, de s’approprier cette singulière mémoire et trouve finalement un chemin à parcourir. La Chartreuse devient alors lieu approprié pour un voyage initiatique.
Et dans cet espace intermédiaire, cette temporalité flottante, grâce à des illusions sonores et visuelles, les volumes donnent à entendre, donnent à voir. Avec l’aide d’un chartreux fantomatique, l’église redevient peu à peu ce qu’elle a été et révèle son Genius Loci, l’esprit du lieu".  V.C.
 
Cette création est le prolongement du programme Chartreuse numérique défini en collaboration avec les laboratoires MAPGAMSAU et LIMSI-CNRS sur la numérisation de l’ensemble du bâtiment. Elle est une des concrétisations de ces rencontres fructueuses entre un artiste et des scientifiques que la Chartreuse initie depuis cinq ans et qui associe les trois dimensions complémentaires de notre projet culturel : artistique, patrimoniale et scientifique. Le développement de ce système de réalité augmentée projeté directement sur l’espace réel et les représentations hypothétiques de restitution visuelle de l’église au XVIIIe siècle ont permis à Véronique Caye de rêver sa mise en scène de l’histoire du lieu (passée, présente et future) et d’offrir une expérience multisensorielle et immersive au spectateur.
 

 
Véronique Caye - Laboratoire Victor Vérité
Metteuse en scène et vidéaste, Véronique Caye, diplômée du Conservatoire national régional d’art dramatique de Rueil Malmaison et de l’Université Paris 8, développe un travail d’exploration scénique des écritures contemporaines au moyen de recherches visuelles et sonores qui, loin d’illustrer le texte, en deviennent un prolongement plastique.
Depuis 1998, elle a créé La Scie Patriotique (1998), Shot (2002), Maladie (2003), Tokyo <Line (2005), Focus (2006), Faire l’Amour (2007), Sleeping Beauty (2008), Les Chaperons verts (Nuit blanche 2009) Silenzio (2009-2011) en France et dans différents pays, dont le Maroc et la Belgique, et particulièrement au Japon au Red Brick Warehouse de Yokohama où elle a été artiste associée de 2004 à 2007. Elle collabore également avec d’autres metteurs en scène, Robert Cantarella, Jacques Vincey, Jean-Charles Gaume, Marion Colle.
Elle enseigne depuis 2007 au Centre national des arts du cirque dans le cadre d’un atelier consacré aux rapports
corps/image. En 2011, elle suit une formation à la réalisation de film à la Fémis à Paris.
Son approche de la mise en scène ne consiste ni à « interpréter » un texte, ni à le transposer à la scène, mais à articuler les différents composants de la représentation - texte, corps, vidéo, scénographie, son et lumière - en un réseau de forces et de résistances. Dans ses performances, elle questionne plus particulièrement les tensions entre vidéo et présence scénique. Ses images quasi cinématographiques - plans séquences, paysages, travellings, gros plans, le plus souvent issues de tournages préalables - sont ainsi montées, assemblées, mixées en même temps qu’elles sont confrontées aux corps et aux sons sur scène. Ce travail d’assemblage propose ainsi de multiples perspectives et grilles de lectures à ses représentations hybrides qui soulignent une appréhension du monde à venir au travers de sujets tels les médias, la névrose, la rupture, la vanité ou le crépuscule de la culture.
 

 
Création aux 38èmes Rencontres d'été les 15, 16, 17 et 18 juillet 2011
Conversation-rencontre autour de Genius Loci avec Véronique Caye, Christian Jaquemin et Jean-Daniel Barbin
le 17 juillet à 16h