DOSSIER K

  • Dossier K. © Florent Jacob

Pierre-Yves Chapalain

d’après Le Procès de Franz Kafka

Le temps qu’il faut / Bretagne
un spectacle élaboré par Pierre-Yves Chapalain, Géraldine Foucault et Laurent Gutmann
avec Pierre-Yves Chapalain et Daniel Dubois
création sonore Géraldine Foucault
création lumière Florent Jacob
costumes Elisabeth Cerqueira
construction décor Adeline Caron, Mohamed Elasri, Marie Hervé et Jean-Paul Rivière
avec les regards de Kahena Saighi et Christian Giriat

Dossier K. est un spectacle d’après Le Procès... ainsi que de quelques pensées intimes tirées de son journal, et de certains passages du Terrier : un spectacle mettant en scène un homme « ordinaire » qui s’interroge sans cesse de manière concrète pour tenter d’élucider « la sorte de mise en accusation » dont il fait l’objet. Il s’agira alors pour lui (K.) de définir s’il est possible de se défendre, si toutefois « l’arrestation » dont il fait l’objet peut être prise au sérieux, car K. doute fort de la compétence des personnages qui sont venues l’importuner tôt dans sa chambre. Il les comparerait plutôt à des voyous, des gamins désœuvrées qui s’ennuyaient dans la rue et qui n’ont rien de trouver de mieux que de l’importuner au moment où il devait prendre son petit déjeuner !

K. n’est pas quelqu’un de triste face à un système qu’il ne comprend pas. Non. Il cherchera à se défendre de manière farouche pour enrayer des méthodes qu’il juge arbitraire afin que cela ne se reproduise pas avec d’autres...

Finalement K. constituera un énorme dossier. Une requête exhaustive, dans laquelle il dépliera toute sa vie, dans tous ses aspects, dans tous ses replis, dans tous ses détails pour éventuellement trouver où il aurait commis une faute ! Il écrira jour et nuit, de manière acharnée et concentré. Dans le plus grand silence possible afin de forer les couches les plus profondes et faire émerger le détail qui ébranlerait les certitudes factices (le concernant). Il écrira sans cesse pour stopper la culpabilité qui ne cesse d’être à l’œuvre dans son for intérieur, et se libérer enfin ! quitte à se retrouver couvert de mucus à force d’avoir plongé dans un océan de boue.

Etre accusé de quelque chose et ne pas savoir de quoi précisément on est accusé, permet de faire fonctionner l’imaginaire des spectateurs. En définitive ça permet l’ouverture d’un champ imaginaire fécond où chaque spectateur peut puiser à sa guise !

 

Pierre-Yves Chapalain est venu en résidence du 13 au 25 novembre 2018 pour travailler sur ce projet.

 

Pierre-Yves Chapalain a écrit et mis en scène La Lettre (2008), La Fiancée de Barbe-Bleue (2010), Absinthe (2010), La Brume du soir (2014), Outrages l’ornière du reflux (2015), Où sont les Ogres ? (2017). Ses textes sont édités aux Solitaires Intempestifs.

Coproduction La dissipation des brumes matinales / Laurent Gutmann.
Coréalisation Cie Public-Chéri – Théâtre l’Échangeur, Bagnolet.
Avec le soutien du Studio-Théâtre de Vitry ; de l’Archipel, Pôle d’action culturelle|Fouesnantles Glénan, de la Chartreuse-CNES.

Création du 25 janvier au 2 février 2019 (relâche le 27) au Théâtre l’Échangeur à Bagnolet.