Chorea Lasciva

  • Charles Chauvet © Charles Chauvet
(titre provisoire)

Charles Chauvet

Chorea Lasciva prend sa source dans un événement survenu à la Renaissance : en 1518, Frau Troffea, une habitante de Strasbourg, sort de chez elle et se met à danser frénétiquement et sans raison apparente. Peu à peu, elle est suivie par d’autres. Le phénomène devient collectif, sauvage et incontrôlable. La crise dure plusieurs semaines et semble sans issue. Les danseurs fous tombent en catalepsie, les pieds en sang, les tendons à vif. Certains dansent jusqu’à la mort.

L’écriture de Chorea Lasciva aborde une problématique qui m’est précieuse : les rapports entre expérience intellectuelle et expérience physique. Le texte prend la forme d’une fausse conférence donnée par quatre jeunes chercheurs portant sur le sujet de l’épisode de « chorémanie ». Au fur et à mesure que la conférence se déroule, le temps semble se dilater et l’on donne la parole aux protagonistes de la « manie dansante » mais aussi aux subjectivités complexes des conférenciers. On y découvre alors leurs états intérieurs et leur rapport intense au savoir et à la connaissance.

Charles Chauvet est scénographe, auteur et metteur en scène. Le travail de sa compagnie Fleuve de Janvier se nourrit de plusieurs disciplines : la danse, les arts visuels, l’anthropologie, l’histoire… Parallèlement à ses collaborations en tant que scénographe — notamment avec Élise Chatauret et Frédéric Fisbach — il a développé, après sa sortie de l’École du Théâtre national de Strasbourg, son premier spectacle La Nuit animale, qu’il a écrit et mis en scène et pour lequel il a bénéficié de l’aide à la création de texte dramatique Artcena (catégorie dramaturgies plurielles).

Avec le soutien de la Chartreuse-CNES.