Vous êtes ici

Black March

  • Claire Barrabes © Rémi Rière

CLAIRE BARRABÈS

Black March, c’est le titre d’une chanson de Gainsbourg. Évoquer son nom suffit à convoquer alcool et tabac froid. 
Black March, c’est la dernière marche d’un homme vers l’ultime chute. 
Black March, c’est le reste de votre vie quand votre enfant est mort. 
Black March, c’est une rencontre en rehab, entre un grand pianiste paralysé du bras droit et une jeune femme coupable. Enfermés en un hors temps/hors lieu du centre médical, ces deux êtres se frôlent. 
Black March touche au sujet premier de l'écriture de Claire Barrabes : les mécanismes de phénomènes violents — au sens large — qui structurent profondément notre société. Elle travaille dans cette pièce sur l’alcool et l'infanticide. L'alcool est une cause majeure de violences, ce n'est pas un facteur surajouté ou un facteur de risques. Taboue en France, la question des dommages liés à l'alcool est volontairement laissée de côté. Claire Barrabes explore une linguistique basée sur la réhabilitation de l’infraordinaire (référence à Perec) et utilise une quotidienneté langagière et lexicale. Partant de faits réels, Black March est une fiction théâtrale où se croisent distorsions et enfermement curatif.

 

Formée à l’École supérieure des comédiens par alternance-ESCA, Claire Barrabes est comédienne et autrice. Ses textes ont été remarqués par Artcena, Jamais Lu, Jeunes Textes en Liberté, JLAT, TEC, Collisions. Et ont fait l’objet de résidence à la Chartreuse-CNES, à la Maison Maria-Casarès, mais aussi à Sciences-Po Paris. Elle collabore régulièrement avec Patrick Pineau, Anne Monfort, Pascal Neyron, ou Pauline Collin. Elle est publiée aux éditions Koïné.

Commande de Patrick Pineau. Avec le soutien de la Scène nationale de Sénart ; de la Chartreuse-CNES.