Vous êtes ici

Bac plus dix mille

  • Catherine Benhamou © Pierre Trovel

CATHERINE BENHAMOU

Ça commence comme ça, je lis le livre d’une femme qui s’appelle Vanessa et qui raconte qu’à treize ans, elle a eu une relation sexuelle avec un homme de cinquante ans. Et quand je lis ce livre, je vois le visage d’une autre à laquelle je n’ai plus pensé depuis très longtemps.

Et si je vois Florence en lisant le livre de Vanessa, c’est parce qu’une chose que j’avais totalement oubliée ou plutôt effacée, m’est de nouveau apparu, brusquement.

La nouvelle du suicide de Florence est arrivée au cours de la soirée Bac plus dix mille.  Elle ne me surprend pas et je ne pose aucune question ni quand ni comment ni pourquoi.

Étrangement, à ce moment-là j’ai comme oublié que Florence avait été abusée de douze à quinze ans.

Ce n’est que bien des années après que l’image de Florence a surgi, pour s’inscrire très nette, sur les pages du livre. 

Florence, dans la robe qu’elle avait choisie verte à cause de ses yeux.

Florence n’a pas écrit de livre.

Florence n’a pas dépassé 25 ans, elle a décidé un jour que ça suffisait comme ça, qu’elle en avait assez de toutes ces choses qui ne disent jamais leur nom.

Bac plus dix mille est un retour aux années lycée, dix ans après mai 68.

Formée au CNSAD, Catherine Benhamou a un parcours de comédienne qui l’a menée à l’écriture. Elle est publiée aux Éditions des femmes-Antoinette Fouque et chez Koinè. En 2017, elle est finaliste du Grand prix de littérature dramatique pour Ana ou la jeune fille intelligente. Ses textes ont été lauréats d’Artcena, du Prix PlatO, ont été remarqués par plusieurs comités de lecture (TNS, Mousson d’été, France-Culture...) et mis en scène et en espace. Elle répond à des commandes (TNS, Pélican), bénéficie de résidences (la Chartreuse-CNES, Bibliothèque Armand Gattti-La Seyne-sur-mer...). Elle mène des ateliers d’écriture notamment à La Colline-théâtre national et à l’Institut d’études théâtrales de Censier - Paris III. 

En octobre 2020 Catherine Benhamou a reçu le Grand prix de Littérature Dramatique pour Romance (ed Koiné) qui fera l’objet d’une résidence de création avec la compagnie du Rictus en décembre.

Son dernier texte La mélodie sans les paroles écrit en résidence à la Chartreuse vient de paraitre aux éditions des femmes-Antoinette Fouque.