Tendre métal

  • Sabine Revillet © Olivier Allard

Sabine Reviller

Dans mon projet d’écriture Tendre métal, j’ai envie d’interroger notre rapport à l’objet et au deuil.
Jacques, le grand-père d’Angie est mort. On décide de le remplacer par un clone robotique. Celui-ci va semer le trouble, engendrer un malaise, mais aussi, susciter un certain attachement.
Éviter le chagrin, s’endurcir face à la douleur pour mieux la fuir, c’est possible à Illusion Robotic.
Comment nos vies sont-elles susceptibles de changer avec l’apparition des robots humanoïdes ? Pourront-ils nous consoler ?
Serge Tisseron évoque le sujet dans Le Jour où mon robot m’aimera.

Bientôt, les objets connectés pourront nous manifester de l’amour, il est question d’empathie artificielle.
« Il y a toujours au bout du chagrin, une fenêtre ouverte » dit Paul Éluard.

Sabine Revillet est autrice et comédienne. Avec sa première pièce Pardon, elle est lauréate de l’association Beaumarchais-SACD. Elle a écrit pour la compagnie Le Souffleur de Verre, la Comédie de SaintÉtienne-Centre dramatique national, Thibault Rossigneux, Émilie Leroux, L’Adec-Maison du théâtre amateur, La Mpaa-Maison des pratiques artistiques amateurs… L’Émission a été créée par Johanny Bert au Centre dramatique national de Montluçon et Ode à Médine par Stéphanie Correia. Ses textes sont publiés aux éditions Théâtrales, Koïnè, Les Cygnes. Elle a été accueillie en résidence au Centre dramatique de l’Océan Indien à La Réunion dans le cadre de BAT LA LANG et en Pologne avec Drameducation. Sa pièce Les Gens que j’aime a été réalisée sur France Culture par Baptiste Guiton. Elle est artiste associée de l’association Les Scènes Appartagées.

Bourse de création du Centre national du livre.

Avec le soutien de la Chartreuse-CNES.