Vous êtes ici

Sans titre pour le moment

  • Mariette Navarro © Philippe Malone

Mariette Navarro

Comme point de départ : un article sur de riches new-yorkais pendant le confinement obligés de rester chez eux pour la première fois, sans personnel de maison et incapables de se faire à manger ou de savoir où sortir les poubelles.
Comme point de départ : les injonctions permanentes à s’adapter, à rebondir, et l’intuition très claire, que, bientôt, collectivement, nous n’encaisseront plus rien des violences qui nous sont faites.
Il s’agira, dans ce nouveau texte, d’interroger les rapports sociaux, le rapport entre dominants et dominés (économiquement, socialement, symboliquement), entre centre et périphérie, à l’heure d’un grand chamboulement ou tout simplement de l’essoufflement des mécaniques qui ne peuvent plus tourner à vide.
Imaginons alors un monde qui vacille tellement qu’on en profite pour redistribuer les cartes.
Imaginons que le théâtre soit le lieu pour célébrer cette redistribution.
Celui d’un rituel païen pour célébrer la mort de l’animal, la mort de cette société. Et s’embrasser en attendant ce qui va renaître. Ce qui est déjà prêt, peut-être.

 

Mariette Navarro est autrice et dramaturge, formée à l’Université Lyon 2 et à l’école du TNS. À ce jour, elle a publié Alors Carcasse (Édition Cheyne, et prix Robert Walser 2012), Nous les vagues suivi des Célébrations, Prodiges®, Les feux de Poitrine, Les Chemins contraires, Zone à étendre, Les Hérétiques, et Les désordres imaginaires. Ultramarins, son premier roman, paraîtra aux Éditions Quidam en 2021.

Avec le soutien de la Chartreuse-CNES.