Vous êtes ici

No Future

  • Stéphane Olivier © Séraphin Olivier

STÉPHANE OLIVIER

Belgique

Je suis membre du collectif Transquinquennal depuis 1992. 

Le monde s’éloigne de notre idéal. Parce que nous échouons à le changer ? Que nous avons peur de changer avec lui, pour devenir ce que nous ne sommes pas encore ? La condition du changement est-elle le deuil de ce que nous sommes ? Le 31 décembre 2022, Transquinquennal cessera d’exister, et on verra ce que ça change.

À la Chartreuse, j’écrirai la première version de notre ultime spectacle, une comédie en trois actes : No Future.

Hype est un acte de mauvaise foi : En 1934, Hitler a l’intuition de la toxicité du tabac. Les médecins nazis démontrent de façon scientifique - en utilisant des procédures inhumaines - le lien entre tabac et cancer. Après la guerre, ces découvertes sont cachées et le tabac fait plus de 16 millions de morts avant d’être à nouveau accusé. Tout en s’appuyant sur des faits avérés (celui-ci et d’autres), la mauvaise foi sème le trouble dans notre jugement. 
Has been est une réflexion esthétique : se pourrait-il que face à la fin annoncée du monde, l’artiste se trouve démuni ? À l’évidence les représentations de celle-ci que l’art met en jeu aujourd’hui ne provoquent aucun changement. La métaphore, notre outil principal, aurait-elle perdu son efficacité ? 
Dead est une question : la mort est-elle l’ultime recours face à la tyrannie ? Le 14 janvier 1978, le dernier concert des Sex Pistols se termine par la reprise de No fun des Stooges. Johnny Rotten lance au public : «Vous n’avez jamais eu le sentiment de vous être fait avoir? Bonne nuit» et lâche son micro. Ce sera la dernière scène.

Bourse Comité Mixte Chartreuse - Fédération Wallonie-Bruxelles/Théâtre Danse.