Vous êtes ici

Le message de Catherine Dan, directrice générale, pour la réouverture au public de la Chartreuse

La Chartreuse, à cause de la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19, est fermée depuis le 15 mars aux résidents, au public, et à une grande partie de son équipe. Elle est restée totalement silencieuse pendant 2 longs mois, pour le plus grand plaisir des insectes, des oiseaux et des animaux qui l’habitent secrètement, mais étrangement vidée de son humanité. Même du temps des moines, qui pourtant avaient fait vœu de silence, le lieu était rythmé par les offices, les bruits de pas résonnant dans les déambulatoires des cloîtres, le son des travaux menés par les frères et les paysans un peu partout, dans le monument ou à ses abords. Puis plus tard, c’est la vie du village, et enfin celle des artistes, des touristes et des résidents, qui l’ont animée.

Malgré l’inquiétude, les angoisses, les deuils parfois que vivaient certains de nos proches ou de notre public, nous avons tenté de continuer à faire exister des liens entre le lieu et une partie du public ou des auteurs, tous confinés chez eux. La Chartreuse est restée volontairement discrète sur les réseaux sociaux, choisissant surtout d’inviter chacun à se replonger dans des prises de paroles fortes, ou de relayer les belles propositions de ses partenaires. Mais elle a tenu à continuer à accompagner et à soutenir les auteurs grâce entre autres choses au conseil dramaturgique mené à distance par Christian Giriat ou Sandrine Roche.

À une période où l’activité de la Chartreuse bat d’habitude son plein, il a fallu comme partout ailleurs commencer par annuler : d’abord se résoudre à annuler 40 résidences (28 résidences individuelles d’auteurs, 12 collectives de compagnies) et 3 séminaires, représentant en fait la venue de 90 artistes et 50 participants aux séminaires entre le 16 mars et la fin mai 2020, puis annuler les Rencontres d’été, et donc l’ouverture du restaurant des Jardins d’été, mais aussi suspendre les locations d’espaces, les séminaires, les accueils des classes théâtre, les ateliers à Bagnols-sur-Cèze, et bien entendu l’accueil touristique…

Il a fallu aussi interrompre le processus de nomination de la nouvelle direction de la Chartreuse : mon départ à la retraite, initialement prévu le 31 août, a été reporté au 30 novembre 2020 et un nouveau calendrier a été mis en place. Le jury devrait se réunir en juin et la nomination de la nouvelle direction devrait pouvoir avoir lieu avant juillet.

Ensuite, il a fallu préparer le temps de la réouverture. Elle se fera doucement, à partir du 2 juin prochain.

Certaines résidences d’auteurs ou de compagnies résidant en France pourront être reportées entre juin, juillet et même fin août, selon des protocoles d’accueil complètement transformés, auxquels il faudra aider les artistes à s’adapter. Mais aucune sortie de résidence n’est à ce jour envisageable. Nous réfléchissons aussi, avec nos partenaires et selon l’évolution de la pandémie, au report de la plupart des présentations prévues pendant les Rencontres d’été en deux événements d’une semaine, probablement fin octobre et fin mars. Nous essayons de reporter à 2021 une grande partie du programme international, qui s’est arrêté net avec la fermeture des frontières.

Le monument, la librairie et la bibliothèque devraient pouvoir accueillir à nouveau les touristes et les usagers dès le 2 juin, selon de nouveaux protocoles un peu contraignants : la convivialité de la Chartreuse y perdra peut-être, il faudra la penser autrement, mais au moins aurons-nous le plaisir de pouvoir accueillir ceux qui aiment la fréquenter ou voudront prendre le temps de la découvrir, dans toute sa calme beauté et dans toute la splendeur d’un bien étrange début d’été.

Cette période aussi est compliquée administrativement et financièrement. À ce jour, malgré la perte importante d’une grande partie de nos recettes propres (entrées touristiques, restauration, vente de livres, locations…), la Chartreuse n’est pas en danger, grâce avant tout à la confirmation du soutien du ministère de la Culture (DGCA et Drac Occitanie), grâce aussi à la confirmation du soutien de nos mécènes (la Fondation Orange, la Fondation Michalski, le Cellier des Chartreux) ou de nos partenaires de projets (la SACD, l’Institut français, Pro Helvetia, Suisa…). Nous remercions vivement ces partenaires de leur engagement, en espérant d’ailleurs que nos financeurs territoriaux feront les mêmes choix dans les jours à venir.

Mais ce temps a surtout été difficile moralement, ici comme ailleurs : la COVID-19 nous renvoie aujourd’hui à un changement profond de nos modes de vie, à des choix cornéliens entre santé publique et liberté individuelle, et surtout à la paupérisation d’une partie de notre société - déjà importante avant la pandémie - et qui ne fait que s’accentuer. De nombreux auteurs ne sont pas épargnés et vivent aujourd’hui dans une précarité de plus en plus grande.

Pour finir, je tenais à remercier personnellement tous ceux, Amis de la Chartreuse, membres du public ou auteurs qui, très nombreux, m’ont écrit ou envoyé des messages de soutien. D’abord en mars, au moment du décès de Didier Bezace – nombreux ont été ceux à se souvenir avec bonheur des représentations du Square de Marguerite Duras en juillet 2014 dans les jardins du procureur et de ses grandes créations à la Cour d’honneur ou aux Carmes, entre 1996 et 2001 ; puis au moment de l’annulation des 47es Rencontres d’été ; et enfin lorsque nous avons commencé à comprendre que pendant longtemps, il nous faudrait « vivre avec » et que la fermeture de notre site durerait, ici comme ailleurs. Le temps, qui a paru si long et a filé si vite, ne m’a pas permis de répondre à tous. Qu’ils soient remerciés ici de leurs messages qui m’ont aidée dans ces moments de grands bouleversements. Remercier aussi l’équipe de la Chartreuse, qui est restée mobilisée, en télétravail ou en chômage partiel, animée par un même désir : ouvrir à nouveau la Chartreuse à ceux qui l’aiment et à ceux à qui elle peut être utile, pour en faire à nouveau un patrimoine vivant.

Catherine Dan

Directrice générale de la Chartreuse