Pascal Quignard / Marie Vialle

Sans titre

Compagnie Sur le bout de la langue / Auvergne — Rhône-Alpes

En 2018, Marie Vialle vient travailler avec Pascal Quignard sur l'adaptation à la scène de Dans ce jardin qu'on aimait, Grasset, 2017.

Comme il avait romancé la vie de Sainte-Colombe, compositeur baroque devenu une manière d’ermite après la mort de sa femme, Pascal Quignard, l’organiste de la littérature française, ressuscite ce pasteur admiré de Dvorák dans un hymne magnifique et poignant, qui emprunte au théâtre, à la fable, au psaume, aux didascalies, à l’oraison funèbre, au traité d’ornithologie et au nô japonais.
L’Obs – Jérôme Garcin

Pascal Quignard et Marie Vialle sont venus en 2015, puis en 2016, écrire, puis répéter La Rive dans le noir, une performance de ténèbres* qu’ils ont créée au tinel de la Chartreuse dans le cadre du Festival d’Avignon. Leur présence a habité les lieux pendant près d’un mois, et dès leur départ ils nous manquaient déjà ; nous nous étions promis de les retrouver pour d’autres aventures d’écriture, en dehors du temps plus « tendu » qu’estcelui d’une création en période de festival. Depuis, Les Larmes** a été édité chez Grasset : une magnifique ode à la langue de l’origine, à la source des mots. On évoque souvent à propos de Pascal Quignard l’a-temporalité de son écriture, sa manière d’être d’une autre époque et de toutes les époques, son choix du détachement pour mieux témoigner de l’humanité, de ses vicissitudes et de ses beautés. Espérons qu’il trouvera dans la retraite érémitique que nous lui proposons, dans une des anciennes cellules de chartreux, le calme nécessaire à la poursuite de son travail, en compagnie de Marie Vialle, avec qui il travaille depuis quinze ans. C’est leurcinquième projet ensemble.

* Performances de ténèbres de Pascal Quignard à paraître en janvier 2017, Galilée Paris.
** Les Larmes de Pascal Quignard, Grasset, septembre 2016